Profil

  • Professeur Adjoint, Département de Biologie Moléculaire, Biochimie Médicale et Pathologie, Chercheur, Centre de Recherche sur le Cancer de l’Université Laval
  • Chercheur, Centre de Recherche du CHU de Québec, Axe Oncologie
  • Chercheur, Groupe St-Patrick de Recherche en Oncologie Fondamentale
  • Faculté de Médecine, Université Laval

Formations et expériences professionnelles

  • Postdoctorat en biologie des cellules souches et reprogrammation, Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute, Toronto, Canada (Superviseur : Dr Andras Nagy)
  • Doctorat en sciences neurologiques, Université McGill, Montréal, Canada (Superviseur : Dr Christian Sirard)

Intérêts de recherche

  • Mécanismes moléculaires de la régulation des états pluripotents
  • Fonction des long ARN non-codants dans les réseaux des gènes
  • Évènements transcriptionnels responsables de l’initiation du cancer

Impact de la recherche

Les activités de notre équipe visent à mieux comprendre les mécanismes de régulation des gènes qui établissent les états des cellules souches pluripotentes. Les avancées dans ce domaine permettront d'établir une meilleure compréhension de la façon dont les réseaux de transcription changent lors de la transition des cellules vers un destin cellulaire spécifique, important tant au cours du développement embryonnaire que du cancer.

Pour nous joindre

  • 9, rue McMahon
  • Québec
  • Québec , Canada
  • G1R 3S3

Projets

Thématique

Durant le développement embryonnaire humain, les cellules s'assemblent de façon très organisée et bien contrôlée afin de créer le corps humain. Au cours de ce processus, les cellules agissent comme des fondations obtenues à partir d'interactions moléculaires et transcriptionnelles. Ce sont des fondations qui déterminent si une cellule deviendra une cellule sanguine, neurale, une cellule de peau ou tout autre type de cellule qui formera le corps humain. Le premier type de cellule qui peut être isolé, cultivé et étudié est la cellule souche embryonnaire (Embryonic Stem Cells ou ESCs). Les ESCs sont un type de cellules pluripotentes. La pluripotence se définit comme la faculté d'une cellule de se différencier en tous les types cellulaire d'un organisme. Les ESCs et les cellules de l'épiblaste (EpiSCs) représentent deux états pluripotents distincts issus des stades du développement embryonnaire chez les mammifères. Les trois facteurs de transcription Oct4, Sox2, and Nanog représentent la base du réseau de régulation des gènes associé au maintien d'un état pluripotent. La dérégulation des niveaux de protéines de ces trois facteurs de pluripotence centraux change le destin des cellules et cause la létalité embryonnaire précoce. Même si les trois états pluripotents expriment les facteurs centraux, leurs niveaux d'expression varient considérablement. C'est aussi important de noter que l'expression de ces trois facteurs de transcription est fortement associée aux cellules cancéreuses indifférenciées et à de mauvais pronostics. Cela suggère un rôle central de ces facteurs et leurs niveaux d'expression dans le maintien de l'identité des cellules souches soit dans les cellules pluripotentes ou cancéreuses.

L'objectif principal de mon programme de recherche est de comprendre comment l'interaction des facteurs de la pluripotence avec d'autres molécules définit l'épigénome des différents états pluripotents. Ultimement, cela nous amènera à une meilleure compréhension de leur rôle dans l'évolution du cancer.

Projet 1 - Les interactions des facteurs de transcription qui déterminent le choix entre les états pluripotents différents.

Dans ces études, nous utiliserons les ESCs, les EpiSCs et la reprogrammation comme modèles pour mieux comprendre comment les interactions entre les facteurs de transcription de pluripotence et les régulateurs de la chromatine déterminent la décision du destin cellulaire. Nous utiliserons des technologies à haut débit telles que la protéomique, le séquençage de l'ARN et d’immunoprécipitation de la chromatine pour définir l'interactome et les changements dans les réseaux de gènes qui établissent les différents états pluripotents. Par exemple, nous avons démontré que différents types de cellules pluripotentes définies par leurs états épigénétiques distincts peuvent être obtenues en fonction des niveaux d'expression différents des facteurs de transcription de pluripotence. Ceci suggère que de nouvelles interactions transcriptionnelles existent dans le réseau des gènes de la pluripotence. Ce projet permettra d’établir une meilleure compréhension des interactions entre les facteurs de transcription ayant lieu durant la transition des cellules vers des lignées cellulaires spécifiques dans le développement embryonnaire ainsi que le développement du cancer.

Projet 2 - Les mécanismes d’interactions des longs ARN non-codants au niveau de la régulation des gènes

Certaines études ont démontré que l'interaction des facteurs de la pluripotence avec certains ARNs impliqués dans la régulation des gènes est importante pour maintenir l'état indifférencié pluripotent. Plus précisément, les longs ARN non-codants (long non coding RNA ou lncARN) qui constituent une classe à part entière d'ARN ont aussi été impliqués dans la régulation des gènes et la maintenance des états cellulaires. Ceux-ci se caractérisent par le fait qu'ils ne codent pour aucune protéine connue et qu'ils ont une longueur de plus de 200 paires de base. Le mécanisme d'interaction moléculaire impliqué dans l'établissement de la pluripotence reste toujours inconnu. L'objectif de cette étude est de comprendre le rôle des LncARN dans le maintien de l'identité des cellules souches pluripotentes et de percevoir leur importance au niveau de la régulation entre ces différents états.

Équipe

Professionnel(le)s de recherche

Victoria Micha,  Lab manager Victoria.Micha@crchudequebec.ulaval.ca Projets :
  • Le rôle des longs ARN non-codants dans l’établissement des cellules souches pluripotentes

Stagiaires de recherche

Gabriel Khelifi,  Stagiaire gabriel.khelifi.1@ulaval.ca Projets :
  • Études des longs ARN non-codants avec la technologie CRISPR-Display

Alumni

  • Carol-Ann Adam (stagiaire co-op)
  • Vincent Monfette (stagiaire co-op)
  • Maude Vaillancourt-Audet (stagiaire)
  • Louis-Alexandre Fournier (stagiaire)

Publications

Pubmed

Subventions

Consulter la fiche du VRRC