Profil

  • Professeur, Département de Chirurgie, Faculté de Médecine, Université Laval
  • Chercheur, Centre de Recherche sur le Cancer de l’Université Laval
  • Chercheur, Centre de Recherche du CHU de Québec, Axe Oncologie
  • Directeur, Laboratoire d’Uro-Oncologie Expérimentale
  • Uro-Oncologue, Service d’Urologie, CHU de Québec
  • Chef du Service d’Urologie, CHU de Québec
  • Directeur du programme d’uro-oncologie, CHU de Québec

Formations et expériences professionnelles

  • Doctorat en Médecine (Université Laval),
  • Spécialisation en Urologie (Université Laval)
  • FRCSC (Royal College of Physicians and Surgeons of Canada),
  • Spécialisation en Uro-Oncologie (Memorial Sloan-Kettering Cancer Center New York, NY)

Intérêts de recherche

  • Urologie et oncologie
  • Cancer de la vessie, de la prostate, et du rein
  • Identification, caractérisation et validation de biomarqueurs
  • Immunothérapie du cancer de la vessie et de la prostate
  • Recherche clinique et innovations chirurgicales

Impact de la recherche

La recherche effectuée par le Groupe de Recherche du Laboratoire d’Uro-Oncologie Expérimentale vise globalement à améliorer le diagnostic, le pronostic et la thérapie des cancers urologiques (vessie, prostate et rein). 

Pour nous suivre

Pour nous joindre

  • 10, rue McMahon
  • Québec
  • Québec , Canada
  • G1R 3S1

Projets

Thématique

Nos recherches touchent des aspects variés allant de l'analyse et de la modulation des habitudes de vie (e.g. diète, activité physique etc..) pour la prévention et le contrôle du cancer, au développement de nouvelles approches diagnostiques et pronostiques basées sur la découverte et l'évaluation de différents biomarqueurs capables de prédire l'évolution des cancers ou leur réponse aux traitements de chimiothérapie, radiothérapie ou immunothérapie, la caractérisation d'antigènes tumoraux et le développement de nouvelles approches immunothérapeutiques des cancers urologiques par des méthodes combinant l'immunologie et la biologie moléculaire, et l'analyse de l'efficacité de nouvelles médications ou modalités thérapeutiques dans le cadre d'essais cliniques.

Projet 1 - Immunothérapie du cancer de la vessie

Le cancer de la vessie se présente le plus souvent sous forme de tumeurs de bas stade, n'infiltrant pas la couche de muscle vésical. Faciles à éliminer par résection transurétrale, ces tumeurs récidivent très fréquemment. Le meilleur traitement pour prévenir la récidive et la progression vers des formes plus agressives ou pour guérir certains cancers est l'instillation intra-vésicale du Bacillus Calmette-Guérin (BCG). Bien qu'efficace, le BCG demeure sous-optimal puisqu'il n'agit pas chez tous les patients et a des effets secondaires importants. Son efficacité suggère cependant que le cancer de la vessie est une pathologie idéale pour investiguer l'immunothérapie du cancer suite à la résection de tumeurs, soit dans un contexte de faible charge tumorale. Nous avons des données préliminaires suggérant l'utilisation d'agonistes de TLR (Toll-like receptors) pour complémenter ou remplacer le BCG. Nous avons aussi identifié un antigène tumoral de la famille des antigènes testiculaires fréquemment exprimé dans les cancers de vessie. Cet antigène, appelé MAGE-A9, constitue une cible idéale pour un vaccin thérapeutique. Ce projet a donc trois objectifs soit :

  • L'optimisation de l'immunothérapie intravésicale non-spécifique
  • Le développement d'un vaccin anti-cancer
  • L'intégration de ces deux approches dans un modèle pré-clinique

Projet 2 - Immunothérapie du cancer de la prostate

Le succès récent des vaccins Sipuleucel-T et PROSTVAC-VF contre le cancer de la prostate a démontré que l'immunothérapie peut avoir un impact clinique réel dans ce type de cancer. De plus, l'évolution des connaissances des mécanismes régulant la réponse immune anti-tumorale et des paramètres permettant de l'optimiser facilite aujourd'hui le design de traitements efficaces par immunothérapie. Le Dr Pouliot, de notre groupe a récemment développé un vecteur adénoviral non réplicatif incluant un promoteur spécifique au cancer de la prostate, actif dans plus de 95% des cancers. L'hypothèse derrière ce projet est donc que ce vecteur pourrait servir à introduire dans les cellules cancéreuses de prostate des patients des constructions géniques les rendant plus immunogéniques, par expression d'antigènes et production de cytokines, afin de stimuler une réponse immune efficace. L'objectif de ce projet est de tester cette hypothèse en utilisant un modèle murin de cancer de la prostate, le modèle TRAMP, en deux étapes :

  • Production d'adénovirus encodant antigènes et cytokines et vérification de leur effet sur l'immunogénicité des cellules TRAMP-C2
  • Analyse du potentiel thérapeutique des adénovirus sur la croissance des tumeurs TRAMP-C2

Projet 3 - Étude de la relation entre habitudes de vie, biomarqueurs et risque de cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme et représente un enjeu majeur pour la santé des hommes. Il est de plus en plus reconnu que certaines habitudes de vie pourraient avoir un impact important sur le développement et la progression du cancer de la prostate. Les hommes référés pour un examen de biopsies prostatiques et recevant un diagnostic négatif demeurent plus à risque de développer un cancer que la population générale. L'identification de biomarqueurs reliés aux habitudes de vie chez ces hommes pourrait être utile pour aider à déterminer le risque d'avoir un cancer de la prostate. Ces biomarqueurs pourraient aussi être utilisés pour monitorer des interventions de prévention du cancer de la prostate. L'objectif principal de ce projet est d'évaluer l'association entre 5 marqueurs candidats potentiellement modulables par la diète et l'activité physique, et le risque du cancer de la prostate à deux ans suivant une première biopsie négative de la prostate. Cette étude est réalisée en collaboration avec des chercheurs du CHU de Sherbrooke, du CHU de Montréal et du centre universitaire de santé McGill.

Projet 4 - Profil immunologique des cancers de vessie pour une approche thérapeutique personnalisée

Les cancers superficiels de la vessie récidivent fréquemment et dans 10-15% des patients qui récidivent, il y a progression vers la forme invasive et plus agressive du cancer, avec un risque de décès à 5 ans d'environ 50%. L'évaluation du risque de récidive ou de progression est présentement basée sur les caractéristiques histopathologiques des cancers, pour choisir le traitement approprié. Il est essentiel de détecter tôt les tumeurs à risque de progresser afin de les traiter adéquatement. La valeur pronostique des infiltrats de cellules immunes dans les tumeurs est de plus en plus reconnue. Dans le cancer du côlon, la caractérisation de l'infiltrat lymphocytaire prédit plus efficacement l'évolution des cancers que les méthodes standards. Nous avons montré que l'infiltration de macrophages et de cellules dendritiques dans des cancers superficiels de vessie avait une valeur pronostique. Nous poursuivons l'étude de ce phénomène selon deux axes soit :

  • L'identification d'un profil de cellules immunes infiltrant des tumeurs superficielles de la vessie, associé à la progression
  • La caractérisation d'un profil d'expression de gènes associés à la réponse immune pour compléter un profil immun pronostique

Équipe

Groupe de recherche du Laboratoire d’Uro-Oncologie Expérimentale:

Professeurs associés

Alain Bergeron,  PhD alain.bergeron@crhdq.ulaval.ca
Hélène LaRue,  PhD helene.larue@crhdq.ulaval.ca

Professionnel(le)s de recherche

Hélène Hovington helene.hovington@crhdq.ulaval.ca
Laurence Bettan,  PhD laurence.bettan@crhdq.ulaval.ca
Valérie Picard,  MSc valerie.picard@crhdq.ulaval.ca
Hervé Brisson,  MSc herve.brisson@crhdq.ulaval.ca
Vanessa Bussières,  MSc vanessa.bussieres@crchudequebec.ulaval.ca

Étudiant(e)s gradué(e)s

Marjorie Besançon,  Candidate au doctorat marjorie.besancon.1@ulaval.ca
Denise St-Onge,  Candidate à la maitrise denise.st-onge.1@ulaval.ca
Oscar Eduardo Molina,  Candidat au doctorat oscar-eduardo.molina.1@ulaval.ca
Sébastien Le Batteux,  Candidat au doctorat sebastien.le-batteux.1@ulaval.ca

Stagiaires de recherche

Turki Alamri,  MD talamri@yahoo.com

Infirmier(ère)s de recherche

Hélène Dombrowski helene.dombrowski@crhdq.ulaval.ca

Coordonnateur(trice)s de recherche

Alumni

  • Chérifa Ayari
  • Florin Constantin (ImmuneCarta, Montréal)
  • Marc Decobert (Medicago, Québec)
  • Laurence Bérubé-Cooey (BD, UK)
  • Joanne Girard (InVentive Health, Québec)
  • Anwar Al Esawi (CHUM, Montréal)
  • Nancy Frenette (Eli LiLy Canada, Québec)
  • Maryse Simoneau (Premier Research, Montréal)
  • Serge Champetier
  • Tahar Aboulkassim
  • Ehsan Dadvar (étudiant en pharmacie, Québec)

Publications

Pubmed

Subventions

Consulter la fiche du VRRC