Profil

  • Urologue-oncologue, Centre de Recherche Clinique et Évaluative en Oncologie, Québec
  • Chercheur, Centre de Recherche sur le Cancer de l’Université Laval
  • Chercheur, Centre de Recherche du CHU de Québec, Axe Oncologie
  • Professeur Adjoint, Département de Chirurgie, Faculté de Médecine, Université Laval

Formations et expériences professionnelles

  • 1996 – 2001 Médecine, Université de Montréal, Montréal, QC, Canada
  • 2001 – 2006 Résidence en urology, Université de Montréal, Montréal, QC, Canada
  • 2006 – 2011 Doctorat en sciences biomédicales, option recherche Clinique, Faculté des études supérieures, Université de Montréal, QC, Canada
  • 2007 – 2009 Fellowship en Urologie-Oncologie, Université de Californie, San Francisco, CA, USA

Intérêts de recherche

  • Cancer de la prostate
  • Cancer de la vessie
  • Épidémiologie et biostatistiques
  • Nutrition et cancer
  • Recherche clinique et translationnelle

Impact de la recherche

Les activités de notre équipe visent à mieux comprendre le rôle de l’inflammation et de la nutrition dans l’initiation et de la progression des cancers urologiques (p.e. de la prostate et de la vessie). Nous cherchons également de nouvelles façons de diminuer les effets néfastes des traitements sur la qualité de vie des patients.

Pour nous suivre

Pour nous joindre

  • 6, rue McMahon
  • Québec
  • Québec , Canada
  • G1R 3S1

Projets

Thématique

L'objectif à long terme de mon programme de recherche est d'améliorer la santé des hommes à haut risque (ou ayant reçu un diagnostique) de cancer urologique. Mon thème de recherche principal est d'améliorer la compréhension des liens entre les acides gras oméga-3, l'inflammation et la carcinogénèse afin de développer progressivement des modes de prévention et de traitements personnalisés. Nous avons trois axes de recherche principal, soit le cancer de la prostate, le cancer de la vessie et la recherche populationnelle.

Projet 1 - Impact d’une intervention diététique (lipidique) sur le micro-environnement prostatique en surveillance active d’un cancer de la prostate à faible risque.

Nous conduisons présentement une étude de phase II chez des patients

atteints de cancer de la prostate de bas grade sous surveillance active.

La cohorte de 120 patients est randomisée soit dans le bras diète

(augmentation de l'apport en oméga-3 et diminution de l'apport en gras

trans), soit dans le bras traitement (prise d'inhibiteurs de la

5alpha-réductase) pour 6 mois. Après 6 mois, tous les patients recevront

les deux traitements. Le but principal de l'étude est d'évaluer l'effet

d'une diète riche en acide gras oméga-3 sur le micro-environnement

prostatique. Pour ce faire, nous allons comparer l'expression des gènes,

le patron inflammatoire et le contenu en acides gras des membranes des

cellules issues de biopsie de la prostate prélevées au moment de la

randomisation et 6 mois après le début du traitement. Nous allons

également étudier si la diète peut aider à améliorer l'effet

thérapeutique de la 5alpha-réductase en comparant le risque de

progression à un an versus à 6 mois.

Projet 2 - Impact des acides gras oméga-3 sur le cancer de la prostate agressif et la qualité de vie:

Chez des patients atteints de cancer de la prostate aggressif, nous

voulons déterminer les effets d'un supplément innovateur concentré en

EPA (un type d'acide gras oméga-3) sur le taux de croissance des

cellules tumorales ainsi que sur la qualité de vie des patients. Pour ce

faire, nous avons débuté une étude randomisée, contrôlée par placébo,

qui durera 50 semaines. Plus spécifiquement, après 6 semaines de

supplémentation, nous allons mesurer le taux d'expression de Ki67 (un

marqueur de la prolifération cellulaire) dans les échantillons de

prostate récoltés après la prostatectomie radicale. Nous allons

également mesurer le niveau d'inflammation systémique et la qualité de

vie (à l'aide de questionnaires spécialisés) au début de la

supplémentation et ensuite à tous les 3 mois après la prostatectomie

radicale. Ces résultats nous permettrons de mieux comprendre les effets

d'un type particulier d'oméga-3 sur le cancer de la prostate et sur les

effets de ses traitements. De plus, ils nous permettront peut-être de

pouvoir offrir une nouvelle voie thérapeutique pour améliorer la qualité

de vie des hommes atteints de ce type de cancer.

Projet 3 - Rôle de l’inflammation prostatique sur la carcinogénèse prostatique

Notre laboratoire s'intéresse également aux mécanismes moléculaires

liant l'inflammation et la carcinogénèse prostatique. Pour ce faire,

nous avons développé et validé un modèle de culture de cellules

épithéliales prostatiques et de cellules fibroblastiques normales

primaires. Ce modèle nous a déjà permis de démontrer que le niveau

d'inflammation basal (tel que mesuré par l'expression de la chémokines

IL-8) des cellules épithéliales prostatiques non cancéreuses est corrélé

à l'agressivité du cancer de la prostate. Nous utilisons présentement

ce modèle afin de déterminer si les différents types d'acides gras

oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires différentes les uns des

autres, et quels sont leurs mécanismes d'action.

Nous sommes

également à développer une méthode nous permettant de mesurer

l'inflammation prostatique directement dans l'urine du patient. Pour ce

faire, nous avons établis une collaboration avec le laboratoire du Dr.

Nicolas Bisson, ce qui nous permettra d'utiliser la métabolomique afin

d'étudier les médiateurs inflammatoires présent dans l'urine. Cette

méthode, très peu invasive comparativement aux biopsies prostatiques,

pourrait alors être utilisée de façon routinière pour étudier les

mécanismes d'action des nouvelles options thérapeutiques offerte pour

traiter le cancer de la prostate.

Projet 4 - Facteurs de risque de complications après la cystectomie radicale :

Le cancer de la vessie envahissant le muscle représente de 15 à 30% des

8000 nouveaux cas de cancer de la vessie qui seront diagnostiqués au

Canada en 2014. Le traitement classique de ce type de cancer est la

cystectomie radicale. Ce type de chirurgie est associé à des

complications majeures. Les facteurs péri-opératoires associés à un

risque accru de complications sont mal connus. Nous croyons que seule

une analyse poussée de l'état des patients pré-chirurgie, par plusieurs

intervenants multidisciplinaires (nutritionistes, ergothérapeutes,

médecins, psychologues, etc...), nous permettra de vraiment bien

identifier les facteurs en cause. Nous avons donc recrutés et suivi,

entre Janvier 2011 et May 2014, plus de 175 patients ayant subi une

prostatectomie radicale et nous avons évalué leurs facteurs de risque à

l'aide de questionnaires spécialisés. Après la chirurgie, les

informations sur les comorbidités, la durée d'hospitalisation, et le

taux de décès ont été également comptabilisés. Nous sommes présentement à

analyser ces résultats et espérons que ceux-ci permettront d'identifier

des avenues de prévention des complications post-cystectomie radicale.

Équipe

Professionnel(le)s de recherche

Jean-François Pelletier,  MSc. jean-francois.pelletier.7@ulaval.ca
Molière Nguilé-Makao,  Ph.D. moliere.nguile@gmail.com Projets :
  • Biostatistique

Étudiant(e)s gradué(e)s

Janie Allaire,  étudiante à la maîtrise janie.allaire.1@ulaval.ca Projets :
  • cancer de la vessie
Nikunj Gevariya,  étudiant au Ph.D. nikunj.gevariya.1@ulaval.ca Projets :
  • cancer de la prostate

Alumni

  • Caroline Léger
  • Xavier Moreel
  • André Caron

Publications

Pubmed

Subventions

Consulter la fiche du VRRC