Profil

  • Professeure titulaire et doyenne aux études supérieures et à la recherche à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval Chercheuse, Centre de recherche en cancérologie, Centre de Recherche du CHU de Québec, Chercheuse au sein de l'Équipe de Recherche Michel-Sarrazin en Oncologie psychosociale et Soins palliatifs (ERMOS)

Formations et expériences professionnelles

  • Stage de perfectionnement post-doctoral, Institute of Humanbecoming, Pittsburgh
  • Doctorat en philosophie, Université Laval
  • Maîtrise en sciences infirmières, Université Laval
  • Baccalauréat en sciences infirmières, Université Laval
  • D.E.C. en sciences, Collège de Limoilou

Intérêts de recherche

  • Soins palliatifs
  • Autonomie relationnelle
  • Sciences infirmières
  • Éthique
  • Philosophie

Impact de la recherche

Le programme de recherche de Mireille Lavoie porte principalement sur l'expérience de l'autonomie des personnes malades et le développement de pratiques soignantes en soins palliatifs visant à favoriser son respect, à travers leurs possibilités et leurs limites.

Pour nous joindre

  • Faculté des sciences infirmières, 1050, avenue de la Médecine
  • Québec
  • Québec , Canada
  • G1V 0A6

Projets

Thématique

Un premier volet du programme de recherche de professeure Lavoie permet de mieux comprendre l'expérience fondamentale de l'exercice de l'autonomie, du point de vue de personnes traversant une période de vie où cet exercice s'avère éprouvé, bien qu'il demeure essentiel jusqu'à la fin, à la réalisation de leur devenir, identité, qualité de vie et dignité. Elle a spécialement mis en lumière l'urgence de considérer la présence d'une composante " relationnelle ", définissant la notion d'autonomie, et ébranlant du coup sa conception " individualiste ". Elle travaille à approfondir cette composante qui nourrit les réflexions autour d'enjeux sociaux pressants, tels l'accompagnement de personnes en perte d'autonomie ou les requêtes d'euthanasie.

Un deuxième volet contribue au développement de pratiques soignantes favorisant l'exercice et le respect de l'autonomie. Elle a dirigé un projet ayant mené à l'évaluation de l'implantation d'une démarche de soins centrée sur la personne (celle de l'" humaindevenant ", Parse) à la Maison Michel-Sarrazin. Professeure Lavoie travaille aussi au développement d'un Outil de Soutien à l'Exercice optimal de l'autonomie Relationnelle (OSER) afin d'améliorer, faciliter et maintenir son exercice en soins palliatifs. À travers l'ensemble de ces travaux, elle privilégie le développement de pratiques soignantes interdisciplinaires et participatives, c'est-à-dire qui incluent la collaboration d'intervenants de disciplines variées, de patients, aidants et bénévoles.

Enfin, un troisième volet porte sur les limites des pratiques soignantes face à l'exercice et au respect de l'autonomie. Il éclaire certains des enjeux de santé et de société contemporains parfois très litigieux. Elle a en ce sens contribué à identifier les motifs d'infirmières et de médecins du Québec face à leur pratique éventuelle d'un acte d'euthanasie en réponse aux volontés d'un patient; une pratique qui risque d'ébranler leurs pratiques et les soignants eux-mêmes.

Projet 1 - Développement d’un Outil de Soutien à l’Exercice optimal de l’autonomie Relationnelle (OSER) en soins palliatifs

Des intervenants assument parfois que les patients en soins palliatifs sont trop vulnérables pour participer aux prises de décisions concernant leurs soins. Pourtant, il est connu que ceux-ci souhaitent généralement conserver, le plus longtemps possible, un sentiment de contrôle leur permettant de préserver leur identité, leur qualité de vie et leur perception de dignité.

Un projet vise donc à compléter le développement d'un outil, OSER (Outil de Soutien à l'Exercice de l'autonomie Relationnelle), destiné à des patients atteints de cancer récidivant ou métastatique, de proches-aidants et d'intervenants de disciplines variées.

Ses objectifs sont d'en évaluer la compréhensibilité, l'acceptabilité, la faisabilité de son intégration son utilité sur le terrain. Il prend appui sur une adaptation du processus de développement systématique d'outils d'aide à la décision (Coulter et coll., 2014), et implique notamment la participation d'un comité consultatif formé de cliniciens et représentants de proches-aidants. Le développement de l'OSER vise à doter les patients, aidants et intervenants d'un outil permettant d'ouvrir le dialogue autour de sujets liés aux soins palliatifs, et encore peu présents dans les outils actuels d'aide à la décision. Il pourrait par exemple contribuer à faciliter les discussions et les décisions relatives à la sélection d'un niveau de soins et la précision de directives préalables.

Projet 2 - Étude des déterminants de l’intention d’infirmières et de médecins du Québec à pratique un acte d’euthanasie

Au Canada, la question de l'euthanasie demeure un sujet de controverse. Les recherches s'étant intéressées à ce sujet ont principalement exploré l'opinion des professionnels de la santé face à sa légalisation. Le projet de recherche visait donc à améliorer notre compréhension de l'intention des infirmières et des médecins face à un acte d'euthanasie. Les participants devaient compléter un questionnaire basé sur une version étendue de la Théorie du comportement planifié (Ajzen, 1991). Il y avait deux versions du questionnaire, soit une dans laquelle les volontés du patient étaient connues et une dans laquelle elles étaient inconnues. Les résultats indiquent que l'intention des infirmières est déterminée par la norme subjective et la norme morale. Leur norme morale est principalement définie par le principe éthique de bienfaisance. Les déterminants de l'intention chez les médecins sont la perception du contrôle comportemental, la norme morale et l'attitude cognitive. Leur norme morale est principalement définie par les principes éthiques d'autonomie et de bienfaisance. Une distinction importante entre les infirmières et les médecins est que le respect des volontés du patient en fin de vie est capital chez ces derniers alors que chez les infirmières, la bienfaisance aurait préséance sur le respect de l'autonomie du patient.

Autres activités de recherche

 

Équipe

Professionnel(le)s de recherche

Lydi-Anne Vézina-Im,  Professionnelle de recherche lydi-anne.vezina-im@fsi.ulaval.ca

Publications

Pubmed

Subventions

Consulter la fiche du VRRC